Bilan de la journée du 10 novembre 2018

L’ESS sous la pluie

, par Natalie Gandais

Nous préparions l’évènement depuis des mois, 500 programmes avaient été distribués dans les MPT, à la Maison des parents, la Maison des Associations, au théâtre Romain Rolland, à la soirée d’Herbes folles, dans les magasins, les restaurants. Nous avions collé des affiches, envoyé une centaine d’e-mail aux sympathisant-e-s, aux associations de solidarité, aux partenaires de la politique de la Ville.

Des affiches toute mouillées

Tandis qu’Anne, Brigitte et Isabelle préparaient la bourse aux plantes, Brigitte, Catherine, Danièle, Geneviève, Joana, Natalie et Régine avaient cuisiné deux jours entiers : nous pensions recevoir entre 50 et 80 personnes au cours de la journée. Nous avions juste oublié que parfois, en novembre… il pleut !

Et le 10 novembre, il a plu sans discontinuer, à ne pas mettre le nez dehors.

Pourtant, samedi matin, les trois Isabelle étaient bien là, ainsi qu’Alain, Agathe, Brigitte, Catherine, Danièle, François, Irena, Michèle, Natalie, Patrick et Yves-Roger pour décharger les voitures, installer trois tables et parasols devant l’ancienne chapelle, animer, orienter, offrir boissons et gâteaux, présenter la bourse aux plantes, faire visiter le potager et le jardin.

Trois Isabelle sous un parasol

Nous avons eu la visite de Rose, de Vanessa et un ami, de deux SEL-istes (Ginette et Liliane), de Jean, le président d’Herbes folles venu « à titre privé » et de Catherine Casel, la maire-adjointe en charge de l’environnement. Tandis qu’une dame qui venait chercher sa fille au catéchisme nous parlait de son jardin, non loin, regorgeant de tomates vertes. Elle nous en a apporté un grand cageot.

Pour la bourse aux plantes, nous avions : du thym, de la menthe et du serpolet, deux petits néfliers, du céleri perpétuel, un mirabellier, un laurier sauce, des fraisiers, des pivoines blanches, un fuschia, un pied d’alysse, des graines de grands oeillets d’Inde et de melon, ainsi que quelques plantes d’intérieur : misère, chlorophytum, et même des petits terrarium de plantes grasses. Nous avions aussi des quantités de tomates d’arrière-saison, cueillies vertes pour murir à l’intérieur, posées sur du papier journal, devant une fenêtre.

Une mûrisserie de tomates

Pour le déjeuner Joana et Régine nous ont rejoint, ainsi qu’André, le père Jean-Pierre, Lucienne, Nassir et Vincent : nous avons finalement servi 20 repas le midi, et vendu 3 livres.

En début d’après-midi, au moment du transfert depuis Sainte Colombe jusqu’à la Géothermie, la pluie a redoublé, nous avons vraiment craint le gros flop !

L’après-midi, pendant que Régine, Isa K et Joana préparaient la soupe de potiron, la table ronde " entre nous " nous a permis de préciser les modalités et projets de potagers partagés. Trois visiteurs sont venus pour la bourse aux plantes, et pour le spectacle de Danièle Miguet, à 18h 30 nous étions une douzaine.

Heureusement, des gens sont arrivés pour le dîner : une dame prénommée Sylvie, qui s’est inscrite pour potager ensemble, et plusieurs familles du quartier : Anne-Lise, Antoine et un de leur fils, un couple avec une petite fille, une jeune femme avec ses deux fils. Nous étions environ 25 à table. La soupe au potiron a fait l’unanimité, le yassa a été très apprécié, le maffé était certainement le plat le plus exotique, et tout le monde a pu se resservir de gâteaux.

On commente les recettes du livre

Nous avons décidé d’ouvrir sur le site une page dédiée à aux essais des recettes du livre, et d’y publier quelques petits ajustements…

Recette de la journée : 335 euros, dont 205 euros pour les repas, 100 euros de vente de livres et 10 euros d’adhésion.

Nous étions finalement plus de 40 à participer à cette journée, une dizaine se sont inscrit-e-s pour potager ensemble en 2019, ce n’est pas trop mal pour un jour si pluvieux !